TrustUp.be
5 erreurs à éviter dans l'installation de sanitaires
Justine Cuvellier, le mardi 04 décembre 2018 à 15:16
shutterstock_326724617

Sauver cet article

En général, les bricoleurs n'ont pas peur de réaliser eux-mêmes l'installation de sanitaires. L'installation d'une toilette, d'une douche ou d'un lavabo est d'ailleurs relativement facile. Mais dès le départ, des erreurs peuvent surgir.

Quelles sont les erreurs à éviter ?

1. Une trop grande distance entre le chauffe-eau et le robinet

Dès l'ouverture du robinet, de l'eau est délivrée. Mais il reste encore de l'eau froide dans les tuyaux. Plus les canalisations sont longues, plus l'eau doit s'écouler avant de bénéficier d'eau chaude. Il est donc important de limiter la distance entre le dispositif d'eau chaude et les robinets.

Si la distance entre le chauffe-eau et le robinet est de plus de 10 mètres, vous gaspillez.

Installation classique ou collecteur central ?

En général, on cite 2 types d'installations pour la distribution d'eau sanitaire. L'installation classique où le tuyau part de la chaudière, et part au robinet A, puis du tuyau au robinet B, etc. Il est également possible d'installer un collecteur central ou « réseau partagé ». Un tuyau principal part de la chaudière vers un collecteur. Chaque tuyau bénéficie d'un approvisionnement indépendant. Ce système est pratique pour les bricoleurs, car cela ne nécessite pas de jonctions dans le sol.

Attention aux bactéries !

Les 2 systèmes ont leurs avantages, mais aussi des points de préoccupation. Pour avoir des avis détaillés, il vaut toujours mieux appeler un expert qui vous conseillera au mieux. Il existe une constante avec laquelle il faut composer : l'eau, effectuant de longs trajets et n'étant pas à la bonne température tout le temps, favorise le développement de bactéries. Pensez par exemple à la légionellose, elle peut contaminer le reste des tuyaux.

Votre robinet n'a pas été utilisé pendant une longue période ? Laissez couler l'eau un certain temps avant l'utiliser.

Quelques conseils supplémentaires

- placer le chauffe-eau de manière centrale. Peu importe que l'eau s'écoule vers le haut ou le bas, cela n'a pas d'incidence. La longueur des tuyaux si.

- Dans la cuisine, on a généralement besoin d'eau chaude. L'eau met trop de temps à chauffer ? Installez une petit boiler électrique de 10 à 15 litres, il sera efficace.

- La chaudière doit bien entendu être à l'intérieur des murs isolés.

2. Prévoir trop peu de débit

Comme dans la cuisine, la salle de bain est devenue un espace plus que fonctionnel. Comme on exige plus de confort, il faut accorder une attention particulière aux sanitaires. Le chauffe-eau doit fournir un débit suffisant (nombres de litres par minute) selon ce que vous souhaitez dans votre salle de bain : douche avec jets massants, baignoire de balnéothérapie...

Une bonne estimation du débit est aussi très importante si vous avez 2 salles de bain. Si votre souhait est de fournir 2 douches en même temps en eau chaude, une seule chaudière au gaz à condensation ne suffira pas. Il faudra opter pour un modèle plus conséquent.

Plusieurs marques de chaudières disposent d'offres de ce type. Ils prévoient une puissance inférieure en chauffage et augmentent celle prévue en eau chaude sanitaire.

Conseil supplémentaire

- Vous êtes en pleine rénovation ? Attention à la ligne d'alimentation de la douche qui n'est pas toujours assez large. Les standards sont de 16 mm, mais si vous souhaitez une douche avec un fort débit d'eau, optez pour du 20 mm.

3. Conserver les anciennes tuyauteries

Vous faites de grosses rénovations ? Souvent, les tuyaux sont anciens, en fer ou en cuivre. Un nouveau chauffage et une ligne électrique sont importants, mais de nouvelles tuyauteries sont un must absolu. Les existants sont probablement plein de tartre et de saletés. Remplacez-les par des flexibles sur lesquels rien n'attache.

Conseil supplémentaire

Vous envisagez d'installer un adoucisseur d'eau ? Dans les anciens tuyaux en cuivre, vous risquez l'apparition de fuites après que l'eau décalcarisée ne circule. Pensez aussi à remplacer les vieux tuyaux par des nouveaux dans ce cas-là.

4. Laisser le champ libre au calcaire

En Belgique, beaucoup de ménages reçoivent une eau jugée trop calcaire. Lorsque cette eau est utilisée telle quelle dans les habitations, les gens constatent une apparition rapide de tartre. Il se fixe aux robinets, dans les machines à laver, les éléments de chauffage comme les chaudières murales au gaz.

Conséquences ? Le durée de vie de la chaudière est réduite considérablement, et elle doit générer plus d'énergie pour atteindre une même température. Dans ce cas, un adoucisseur d'eau est la solution, si votre budget suit.

Pas de budget ? Préparez l'installation pour pouvoir ajouter un adoucisseur d'eau par la suite. De quoi avez-vous besoin ? De bons connecteurs, de bons robinets, un robinet d'arrêt et une évacuation supplémentaire.

Attention : les prix varient fortement d'un produit à l'autre, comparez les diverses options.

5. Ne pas faire un usage optimal de l'eau de pluie

Vous êtes obligé d'installer un récupérateur d'eau de pluie ? Vous pouvez alors faire d'énormes économies sur l'eau potable !

Beaucoup de personnes connectent uniquement le récupérateur sur un robinet extérieur, alors que l'eau de pluie peut servir dans beaucoup d'autres circonstances. La machine à laver, les toilettes, etc.

Toutefois, de nombreuses stations intermédiaires sont nécessaires pour amener l'eau de pluie au bon endroit :

- La pompe, posée au sol ou enterrée ? Si elle est correctement installée, vous n'avez pas de crainte de pollution sonore. La pompe ne fonctionnera qui si quelqu'un demande de l'eau. Une alternative : la pompe immergée dans la citerne. Cependant, le système coute plus cher et la durée de vie sera moins importante.

- Les filtres ? Il est très important d'avoir un filtre à sable, un filtre à poussière et un filtre à charbon actif. Ce dernier permet d'expurger de l'eau toute odeur et couleur indésirable.

- Avoir un système de commutation automatique vers l'eau potable lorsque la citerne est vide. Si la citerne est sous-dimensionnée, il faut faire attention à la qualité du commutateur automatique. Il existe des alternatives manuelles. Il est aussi possible d'utiliser un système de recharge ou simplement un tuyau d'arrosage.